14 décembre 2023

Les 5 tendances du marché VO en 2024

Déstabilisé par la crise du Covid ainsi que des niveaux d’offre et de prix ayant connu des variations jamais vues en 30 ans, le marché VO a perdu depuis 3 ans la stabilité qui le caractérisait.

Autobiz dévoile les 5 tendances majeures qui impacteront le marché VO en 2024 :

Un retour « à la normale » des ventes de VO
Une hausse de l’offre de véhicules
Une tendance aux prix forts
Une demande forte pour des véhicules plus âgés
Et toujours plus de véhicules électriques !

Des ventes qui reviennent à la "normale"…

En première lecture, l’année 2023 n’aura pas été exceptionnelle pour le VO : avec 4,75 millions d’immatriculations après 11 mois d’exercice, le marché est au plus bas depuis 10 ans. Si ce mouvement est limité par rapport à 2022 (-0,8 % sur la même période), le marché est encore très loin des niveaux atteints avant la crise Covid (entre 5,2 et 5,3 millions d’immatriculations enregistrées entre 2017 et 2019).

Néanmoins, la dynamique des derniers mois est beaucoup plus positive. Depuis la rentrée, le marché revient doucement mais surement à sa « normalité » des années 2010. Sur le seul mois de novembre 2023 par exemple, le marché s’est établi à 0,44 millions d’immatriculations soit 6% de plus qu’en 2022 et 2021 et surtout assez proche des 0,45 à 0,46 millions enregistrés en 2018 et 2019.

Fort de cette dynamique, autobiz prévoit donc un retour à des niveaux de moyenne historique compris entre 5,4 et 5,6 millions d’immatriculations en 2024.

… portées par une hausse de l’offre…

Cette croissance attendue du marché est portée en grande partie par la recomposition des stocks. Déstabilisées par la pandémie, les difficultés d’approvisionnement en semi-conducteurs puis les tensions sur les matières premières, les livraisons de voitures neuves repartent à la hausse. Ce mouvement « libère » des VO via des reprises sur vente ou des retours de locations. Du matériel en quantité qui a fait défaut pour répondre à la demande en 2022 et 2023.

A titre d’illustration, en octobre 2023, les professionnels français comptaient 529.251 VO de 7 ans ou moins en stock. Il s’agit d’une forte progression +33 317 VO par rapport à octobre 2022 et un écart qui se réduit par rapport à 2021 (-37.343 VO vs octobre 2021).

autobiz projette ainsi un retour, en 2024, à des stocks de véhicules chez les professionnels proches de ceux de 2021, soit une moyenne mensuelle supérieure à 500.000 véhicules de moins de 7 ans et se rapprochant durant l’année au moins de 600.000 unités mensuelles pré-crise Covid.

… mais contrariées par une dynamique de prix forte

Ventes et offres progressant, les mouvements parfois hérétiques connus entre 2020 et 2023 feront-ils partie du passé en 2024 ? Trois mouvements de fond vont à l’encontre de cette anticipation.

Le premier est la question des prix. En hausse continue depuis mai 2020 – du jamais vu en 30 ans, les véhicules se dévalorisant traditionnellement avec le temps – les prix ont rebasculé à la baisse à partir de novembre 2022 avec des corrections très significatives depuis avril 2023. Ainsi les VO entrant sur le marché en novembre 2023 étaient -400€ moins chers que ceux déjà présents sur le marché (contre -200€ avant crise).

autobiz anticipe ainsi que cette correction significative de prix qui se prolongera sur le premier semestre 2024, obligeant les professionnels à être particulièrement attentifs aux durées de vente de leurs stocks.

Une demande forte pour du matériel plus âgé

Autre tension notable : une certaine inadéquation entre l’offre et la demande. Lorsque l’on regarde les chiffres de 11 premiers mois de 2023, près de 55% des immatriculations VO (54,8%) se sont portées sur des véhicules de 8 ans ou plus. Or, avant crise Covid, ces ventes oscillaient à des niveaux beaucoup plus restreints (entre 49,6% en 2019 et 52,4% en 2017). Face à l’augmentation des prix dont nous avons parlé et aux problématiques globales de pouvoir d’achat, les ménages se voient contraints de porter leur choix sur des voitures plus âgées et kilométrées que par le passé.

Comme nous l’avons déjà évoqué, la hausse des stocks se fait, quant à elle, principalement sur des véhicules plus récents en particulier les anciennes voitures utilisées en location courte ou longue durée qui ont traditionnellement moins de 6 ans.

Ces tensions entre offre et demande devraient ainsi continuer voire s’intensifier en 2024 avec deux impacts notables : une tenue des prix sur les véhicules de plus 8 ans supérieure au reste du marché et des efforts notables à faire par les professionnels pour se sourcer en véhicules de ce type, en particulier via le rachat cash à particulier.

Et toujours plus de véhicules électriques

Enfin, nous ne pouvons envisager le marché 2024 sans éclairer le plus grand changement du marché de ces 50 dernières années : le passage annoncé du marché aux véhicules 100% électriques (BEV). Si l’augmentation des ventes des BEV neuves est trop récente pour modifier significativement l’ensemble du marché VO, les occasions électriques deviennent une réalité sur les véhicules récents.

Sur le troisième trimestre 2023, 7% des stocks de moins de 2 ans des professionnels étaient composés de BEV. Une hausse spéculaire si on la compare à la même période en 2020 (1% des stocks de moins de 2 ans). Ces volumes sont également assez importants pour calculer des données solides. Ces dernières montrent des spécificités fortes liées à la vente de ces véhicules : en moyenne, ils sont 19% plus chers que leurs équivalents thermiques et prennent 30% de temps supplémentaires pour être vendus.

autobiz projette pour 2024 une augmentation soutenue des stocks VO BEV qui devraient dépasser les 10% des stock de VO de moins de 2 ans. Les difficultés de vente de ces VO, liées à la hausse de l’offre, devraient perdurer. Cela devrait pousser les professionnels à continuer leurs efforts marketing d’évangélisation du marché ainsi qu’à adopter une politique de prix très active pour amortir les spécificités de ce marché.

À propos d’autobiz

Depuis 2004, autobiz accompagne tous les acteurs de l’industrie automobile en Europe, grâce à des solutions de valorisation et de reprise. Cet accompagnement est basé sur 19 ans d’historique data ainsi que le savoir-faire web, logiciel et métier des 280 collaborateurs de l’entreprise. Aujourd’hui basée à La Défense (92), autobiz dispose également de bureaux à Berlin, à Valence (Espagne) et Milan. autobiz accompagne plus de 20 leaders du remarketing occasion (constructeurs, banques, leasers, enchéristes…) ainsi que 5000 points de vente dans 22 pays en Europe.

À lire également...